zloy_odessit (zloy_odessit) wrote,
zloy_odessit
zloy_odessit

La Russie lance un scénario pour déloger l’Italie de l’UE

Le débarquement militaire russe en Italie, dont le but n’est pas de sauver du tout les Italiens, commence déjà à produire les premiers fruits malins. Ce sont les fruits qui représentent la même menace pour l’Italie que toute présence russe dans l’UE pour la communauté européenne dans son ensemble.

Il y a quelques jours, dans l’article « Vacances italiennes du renseignement militaire russe », j’ai essayé de présenter aussi complètement que possible l’ensemble des objectifs et des tâches que le « convoi de sauvetage » du Ministère de la Défense de Russie, et non du Ministère de la santé, dans l'Italie lointaine, remplit. Et en plus d’un ensemble d’objectifs médiatiques, entourage médiatique, renseignement, pression politique, détournement de l'attention de leurs propres problèmes, y compris l'épidémie de coronavirus en Fédération de Russie, la tâche de déstabiliser l’UE a également été résolue. Et pour être plus précis - préparer les fondations de la sortie de l’Italie de l’UE selon le scénario, parfaitement joué au Royaume-Uni. Et comme j’ai écrit, les premiers fruits malins de ce jeu se montrent déjà.

Ce n’est pas pour rien que « l’équipe de sauvetage » russe en Italie, qui ne pouvait certainement pas fondamentalement renverser la situation épidémiologique dans ce pays, comprenait moins des médecins que des journalistes militaires, des maquilleurs, des éclairagistes et des personnes sans aucun rapport avec la médecine, et un certain nombre de ces personnes sont directement liées au renseignement, ainsi qu’aux Forces d’opérations spéciales.

En conséquence, en moins d’une semaine… le convoi russe fait la loi en Italie, et sur les réseaux sociaux, il y a déjà des remarques négatives adressées à l’Union européenne, qui n’a pas aidé l’Italie dans les moments difficiles, même si ce sont les médecins européens, en particulier d’Allemagne, qui ont d’abord tendu la main aux Italiens. Mais les Allemands n’ont pas marché sur les routes d’Italie avec les drapeaux de l’Allemagne et sur la musique « Lore Lore Lore ». Et donc - cela ne compte pas!

Les vidéos, tournées par des automobilistes, montrant le convoi des forces armées de la fédération de Russie, chargé à 80% d’équipements inutiles pour lutter contre le coronavirus, mais provoquant des éloges de ceux qui tournaient, commencent maintenant à se distribuer sur les réseaux sociaux. Certains types douteux tirent des drapeaux de l’UE sur la caméra et installent des tricolores russes sur des mâts pour drapeau. Et toutes ces vidéos obtiennent une promotion colossale en ce qui concerne des « likes» et des commentaires, en outre, dans une large mesure, du segment russe d’Internet.

Parallèlement, sur les réseaux sociaux, comme Telegram, par exemple, des groupes sont créés qui mettent l’accent sur l’effondrement en Italie et, comme aussi étrange que cela puisse paraître, d’autres pays de l’UE avec des régions « socialement explosives ». Par exemple, il s’agit de « quarantaine catalane» diffusant sur la situation désespérée et déplorable en Espagne, sur fond de « l’indifférence » de l’UE.

Dans mon dernier article, j’ai noté que les services de renseignements européens doivent prendre en compte que ces « sauveteurs » militaires russes comprennent des spécialistes des « opérations hybrides » qui, avec des complices de la Russie en Italie, peuvent activer leur réseau de supporters, ainsi que des spécialistes en opérations psychologiques et informatiques. Et compte tenu de l’état moral et psychologique des Italiens sous l’effet de la tragédie qui se produit, il est très facile d’alerter l’opinion publique. Et ce processus a évidemment déjà commencé.

Discréditant l’Union européenne dans l’espace d’information autant que possible, l’objectif de la Russie est d’arracher une autre bouchée à l’UE, et avec un peu de chance – deux. Jouant sur le sujet du coronavirus, le Kremlin tentera de déstabiliser l’Europe jouant la carte de l’Italie et l’Espagne, en organisant soit une autre « féerie » avec le préfixe #EXIT, soit déstabilisant la Catalogne, Bergame, la Lombardie sous le régime des républiques populaires.

Bien sûr, un jour ou l’autre, mais l’armée russe quittera l’Italie. Mais cela ne signifie pas que le pays sera en sécurité. Après tout, après le départ de l’armée russe, les services secrets italiens devront prêter attention non seulement à ceux qui au Parlement du pays ont contribué à la « pénétration » de ce contingent en plein cœur de l’UE, mais aussi à ceux qui ont été en contact avec eux tout au long de cette période.

En effet, en plus du renseignement, ces « sauveteurs », je suis plus que sûr, ont procédé à un recrutement en profondeur. De plus, des recrues elles-mêmes ne pouvaient parfois pas deviner qu’un travail psychologique approfondi était conduit. Foutu pour foutu, sans les « copains » dans un autre pays, il est presque impossible de le déstabiliser, en se fondant uniquement sur le potentiel d’information. Soit dit en passant, la Catalogne en est un excellent exemple. Si on a plus de personnes recrutées et convaincues, il sera plus facile à ébranler et à détruire.

Tags: #exit, italy
Subscribe

Recent Posts from This Journal

promo zloy_odessit february 14, 11:32 19
Buy for 50 tokens
Аналитический отдел ресурса “Информационный навигатор” предлагает вашему вниманию рейтинг сильнейших армий Европы, составленный на основе изучения потенциала, как вооруженных сил, так и экономики, энергетики и многих других факторов, более чем пятидесяти стран региона. При расчётах…
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 5 comments